Accueil > Sciences > Clarification : le cannabis est-il un remède contre le COVID-19

Clarification : le cannabis est-il un remède contre le COVID-19

Soumaya Mekki
cannabis feuille

Actuellement, plus de 22 millions de personnes ont été infectées par le COVID-19 dans le monde et les chercheurs estiment qu’il faudra des mois avant de disposer de médicaments qui traitent ou guérissent efficacement le virus et entre 12 et 18 mois avant qu’un vaccin efficace ne soit mis au point.

En cette période d’incertitude, beaucoup se sont demandés si le cannabis pouvait être utilisé dans la lutte contre le virus. Bien que certains résultats initiaux positifs aient été trouvés en laboratoire, il est trop tôt pour dire si les cannabinoïdes seront efficaces dans le cadre d’essais plus importants.

Contexte

Premièrement, il existe un solide raisonnement derrière l’hypothèse que le cannabis et ses cannabinoïdes constitutifs comme le CBD et le THC pourraient être utilisés pour traiter les symptômes de la COVID-19. La clé de l’hypothèse est le fait que les décès associés au virus seraient dus en grande partie à une réaction immunitaire excessive de l’organisme. Lorsque l’organisme est doté de ce système immunitaire surréactif, comme dans les cas graves de COVID-19, l’inflammation qui en résulte peut endommager les propres tissus de l’organisme, comme les tissus pulmonaires où une insuffisance respiratoire peut se produire.

Des recherches ont montré que le THC et le CBD peuvent modifier la réaction inflammatoire de l’organisme et contribuer à éviter les dommages inflammatoires causés aux tissus et aux organes. En fait, les cannabinoïdes régulent exactement les mêmes protéines inflammatoires que celles responsables de certains des dommages qui se produisent dans les cas de COVID-19. Cependant, il semblerait que les cannabinoïdes puissent trop réduire la réponse immunitaire, et le tabagisme, quel qu’il soit, est un facteur de risque possible d’aggravation des symptômes, c’est pourquoi, à ce stade, les patients doivent faire preuve de prudence.

Avant de promouvoir ou de rejeter les cannabinoïdes comme traitement contre COVID-19, les médicaments doivent faire l’objet de tests approfondis de sécurité et d’efficacité, et c’est là qu’interviennent les essais cliniques.

Source: Prohibition Partners, FDA, WHO, ClinicalTrials.gov, media sources

Les preuves

Pour affirmer que le cannabis ou les cannabinoïdes peuvent être utilisés comme traitement contre COVID-19, il est nécessaire que les médicaments se révèlent efficaces pour réduire les symptômes ou la présence du virus dans un groupe important et diversifié de patients atteints de COVID-19. Jusqu’à présent, cela n’a pas été le cas.

En effectuant des recherches dans des bases de données telles que ClinicalTrials.gov, l’Organisation mondiale de la santé, la FDA et les médias, nous avons identifié 16 groupes qui travaillent au développement de thérapies pour COVID-19 utilisant du cannabis ou des cannabinoïdes. Dix groupes en sont encore à la phase de planification ou de recherche initiale sans qu’aucun résultat n’ait encore été produit. Bien que deux de ces études aient montré des données préliminaires positives in vitro, elles n’étaient pas encore terminées au moment de la rédaction de ce rapport.

Seules deux études complètes ont montré des résultats positifs et toutes deux ont été réalisées sur des modèles de souris présentant des symptômes liés à la COVID.

  • Une étude a montré que le THC protège les poumons contre les réactions immunitaires excessives similaires à celles provoquées par la COVID-19.
  • L’autre étude a montré une réponse similaire lors de tests sur le CBD.

Quatre études sont prévues pour tester l’efficacité des cannabinoïdes sur COVID-19 chez les patients humains dans un avenir proche : Des études testant les effets du CBD et du cannabis chez les patients humains.

Des études testant les effets du CBD et du cannabis chez des patients humains.

Source: Prohibition Partners, Clinical Trials databases, media sources

À ce jour, aucun des quatre n’a produit de résultats. En outre, il n’est pas certain que les résultats positifs de ces essais puissent convaincre de grands organismes tels que la FDA aux États-Unis ou l’Agence européenne des médicaments de l’UE d’approuver les traitements pour leurs habitants. Cela nécessiterait des études sur un plus grand nombre de sites et avec un plus grand nombre de patients. Tant que les essais impliquant un nombre relativement important de patients humains ne seront pas terminés, il est impossible de dire si les cannabinoïdes offrent un traitement efficace.

MGC Pharmaceuticals en phase finale d’essais cliniques avec ArtemiC

En attendant, d’autres entreprises de cannabis ont déjà pivoté (ou du moins partiellement) pour faire face à la pandémie, comme AXIM Biotechnologies qui utilise ses ressources pour développer des kits de tests rapides COVID. D’autres s’appuient sur leurs connaissances des médicaments à base de plantes et du système immunitaire humain pour créer de nouvelles thérapies qui ne reposent pas sur les cannabinoïdes. MGC Pharmaceuticals est la société qui a le plus d’avance sur toutes les autres dans le développement d’un traitement à base de cannabinoïdes, ayant déjà atteint la phase II des essais sur des patients humains pour COVID-19 avec son complément alimentaire ne contenant pas de cannabinoïdes, ArtemiC. Le spray est composé d’extraits de plantes, dont l’artémisinine, la curcumine, le boswellia serrata et l’acide ascorbique, qui ont des propriétés anti-inflammatoires et immunomodulatrices. Les résultats préliminaires des dix premiers patients de l’essai clinique de phase II ont montré des avantages cliniques significatifs chez les patients traités avec ArtemiC par rapport au placebo, sans qu’aucun événement indésirable n’ait été enregistré à ce jour.

Si des résultats positifs sont obtenus chez les autres participants, cela serait de très bon augure pour le passage d’ArtemiC à la phase IIb et pour l’autorisation de mise sur le marché, ce qui représenterait potentiellement la plus grande contribution aux traitements COVID-19 pour toute société productrice de cannabis à ce jour.

Conclusion

Alors, est-il juste de dire que le cannabis peut être utilisé pour traiter le COVID-19 ? Non, pas encore. Bien que l’hypothèse soit logique et que les résultats préliminaires soient bons, il est encore beaucoup trop tôt pour dire de manière définitive si le cannabis ou ses composants sont efficaces pour combattre la cause ou les symptômes de la maladie et s’ils surpassent les thérapies concurrentes. On ne peut jamais supposer que les résultats préliminaires obtenus dans des modèles de la maladie en culture cellulaire ou dans des modèles animaux se traduisent par une efficacité chez les patients humains sans procéder à d’autres essais. Il faudra probablement au moins six mois, voire un an, avant que les médicaments de grandes entreprises telles que Tetra-Bio Pharma ne passent aux essais cliniques de dernière étape et ne soient commercialisés.

Les entreprises qui développent actuellement des thérapies et des tests pour COVID-19 bénéficient de possibilités de financement accrues et d’un processus d’approbation simplifié de la FDA pour les médicaments potentiellement utiles dans le traitement de COVID-19. Par exemple, Avicanna bénéficie du programme Mitacs Accelerate, financé par le gouvernement canadien, pour les traitements COVID-19. Des entreprises comme Avicanna n’ont jamais eu de meilleures chances de faire approuver leurs produits de manière efficace et rapide. L’approbation de COVID-19 pourrait augmenter la probabilité que ces médicaments soient approuvés pour un ensemble élargi de conditions, même après le passage de la pandémie. Cette approbation éventuelle profiterait non seulement à ces entreprises, mais aussi à l’ensemble du secteur dans lequel le cannabis est reconnu pour les propriétés médicinales utiles, voire essentielles, qu’il contient. Pour encourager cette tendance et renforcer la confiance des consommateurs et des médecins, les allégations sur ce que le cannabis peut et ne peut pas traiter doivent toujours être fondées sur des preuves.

Librement traduit par ISC Europe / Source : prohibitionpartners.com

Dans la même catégorie…

La science de la génomique du cannabis

La génétique et la génomique avancées dans la recherche sur le cannabis. La science de la "génomique" se réfère à l'étude biologique des génomes - englobant l'analyse de leur structure, de leur fonction, de leur évolution, y compris la cartographie et l'édition de ces...

Le CBD en France : qu’en est-il de la légalité ?

Le CBD en France : qu’en est-il de la légalité ?

Le cannabidiol est une substance présente en grande quantité dans le cannabis. Ce dernier est une plante considérée comme une drogue frappée d’interdiction par les différentes lois régissant les stupéfiants. À partir de 2011 pourtant, le CBD est de plus en plus...

La science de la génomique du cannabis

La génétique et la génomique avancées dans la recherche sur le cannabis. La science de la "génomique" se réfère à l'étude biologique des génomes - englobant l'analyse de leur structure, de leur fonction, de leur évolution, y compris la cartographie et l'édition de ces...

Le CBD en France : qu’en est-il de la légalité ?

Le cannabidiol est une substance présente en grande quantité dans le cannabis. Ce dernier est une plante considérée comme une drogue frappée d’interdiction par les différentes lois régissant les stupéfiants. À partir de 2011 pourtant, le CBD est de plus en plus...

Inscrivez vous à la newsletter et démarrez votre essai sur la plate-forme ISC Academy

Aucun paiement requis, accès immédiat.