Accueil > Politique > Le gouvernement luxembourgeois étudie un plan de légalisation de la marijuana récréative

Le gouvernement luxembourgeois étudie un plan de légalisation de la marijuana récréative

Jordan Guldmann

Le gouvernement fédéral luxembourgeois prévoit de planifier la légalisation du cannabis récréatif par le biais d’un marché étroitement contrôlé qui offrirait aux entrepreneurs un nombre limité de licences de production et de vente au détail.

La Radio 100.7 luxembourgeoise a eu accès à un «premier concept» de ce qui pourrait servir de base au futur cadre récréatif du cannabis dans le petit pays européen.

Le gouvernement fédéral n’a pas encore approuvé le plan de légalisation du ministère de la Santé.

Alors que seulement environ 600 000 personnes vivent au Luxembourg, la légalisation des loisirs à part entière pourrait avoir un impact significatif sur les pays voisins.

Le premier pays européen à offrir une production commerciale légale de marijuana récréative pourrait susciter des discussions dans la région. Le Luxembourg borde la Belgique, la France et l’Allemagne.

Selon Radio 100.7, le plan du ministère de la Santé comprend:

  • Les adultes de 18 ans et plus pourraient acheter 30 grammes de cannabis par mois, à condition d’être enregistrés comme résidents au Luxembourg depuis au moins six mois. Cela permettrait d’éviter le tourisme du cannabis et de faciliter la résistance des pays voisins. Un registre gouvernemental empêcherait une personne seule d’acheter plus que l’allocation mensuelle.
  • Aucune consommation ne serait autorisée dans les espaces publics ou là où des interdictions de fumer s’appliquent. Les magasins de détail seraient ouverts de midi à 20 h et ne seraient pas autorisés à vendre également du tabac ou de l’alcool.
  • La publicité, la vente et la livraison sur Internet seraient interdites. La consommation sur place dans un magasin de détail ou à proximité de ses locaux serait également interdite.
  • Deux producteurs nationaux seraient autorisés et la culture à domicile serait interdite. Il n’y aurait qu’un seul site de production pour les deux producteurs, un peu comme l’Uruguay – le premier pays au monde à avoir légalisé la production commerciale de marijuana à usage récréatif – lorsqu’il a lancé son marché pour adultes. L’Uruguay compte actuellement cinq licenciés, tous situés au même endroit.
  • Quatorze points de vente privés seraient responsables des ventes et ne pourraient être situés à proximité des écoles. Les détaillants devraient payer la licence initiale et une partie de leurs revenus irait aux caisses de l’État. Des taxes et redevances seraient utilisées pour les travaux de prévention.
  • Les produits n’auraient pas de limite de THC mais les taxes pourraient être conçues de manière à décourager les produits à forte teneur en THC. 
  • Le gouvernement fixerait des prix de détail « pas trop chers et bon marché »

Selon la radio, le document du ministère reconnaît que les problèmes bancaires pourraient s’avérer problématiques pour la mise en œuvre du programme.

En bref, les banques pourraient être réticentes à travailler avec des sociétés de cannabis, même si elles opèrent légalement.

Cela a été l’un des plus grands défis en Uruguay depuis le début du programme sur le cannabis dans le pays sud-américain il y a des années.

Tant que le cannabis reste illégal au niveau fédéral aux États-Unis, les banques ailleurs dans le monde pourraient hésiter à accepter des clients si cela signifiait perdre l’accès au secteur financier américain.

Pendant ce temps, d’autres pays européens tels que les Pays-Bas et la Suisse avancent des expériences de légalisation limitées.

L’Allemagne a encore un long chemin à parcourir avant que les ventes légales de marijuana récréative ne deviennent une réalité, mais la situation politique actuelle est aussi favorable qu’elle l’a jamais été .

Dans la même catégorie…

Légalisation du cannabis : quels élus y sont favorables ?

Le maire de Reims, Arnaud Robinet, qui est pourtant une figure montante des Républicains, vient d'écrire au Premier ministre pour lui dire qu'il est prêt à tester la légalisation du cannabis récréatif dans sa ville. Avant lui, beaucoup d'autres élus se sont prononcés...

Légalisation du cannabis : quels élus y sont favorables ?

Le maire de Reims, Arnaud Robinet, qui est pourtant une figure montante des Républicains, vient d'écrire au Premier ministre pour lui dire qu'il est prêt à tester la légalisation du cannabis récréatif dans sa ville. Avant lui, beaucoup d'autres élus se sont prononcés...

Inscrivez vous à la newsletter et démarrez votre essai sur la plate-forme ISC Academy

Aucun paiement requis, accès immédiat.